La Tour Triangle au Tribunal : favoritisme pour une aberration anti écologique

La Tour Triangle au Tribunal : favoritisme pour une aberration anti écologique

Le vendredi 12 avril à 9h30, le Tribunal Administratif de Paris examinera le recours contentieux des associations du Collectif Contre la Tour Triangle et de France Nature Environnement pour la résiliation du permis de construire de la Tour Triangle et du bail confié à Unibail. Les conclusions du rapporteur public, délivrées aux requérants ce jeudi 11 avril, appuient le rejet de ce recours par le tribunal administratif et ne remettent pas en cause les conditions de la mise en concurrence relatives à l’attribution du permis. C’est proprement scandaleux.

Paris en commun affirme son soutien à la FNE Ile-de-France, SOS Paris et ADAHPE ainsi qu’aux opposant.e.s à ce projet. Comment peut-on encore prétendre que la Tour Triangle est « un projet privé d’intérêt général », alors que la conscience de l’urgence climatique et de l’effondrement de la biodiversité doivent conduire à une bifurcation complète de notre modèle économique et notamment de la production de la ville. Si l’accord de Paris a un sens, alors Paris doit être exemplaire et montrer qu’ici tout peut changer.

Quel peut bien être le bénéfice retiré de la construction de 78 785 m2 de bureaux et un hôtel 4 étoiles alors que Paris, ville la plus chère au monde, se vide de ses habitant.e.s ? Plus encore, comment les tenants du projet peuvent faire passer comme indispensable aux Jeux olympiques, la Tour Triangle ? La proximité éventuelle de certaines épreuves olympiques ne peut justifier la construction d’un tel bloc immobilier dédié au luxe et à la spéculation immobilière !

Les avis défavorables se multiplient fédérant une opposition légitime devant ce projet démentiel : riveraines et riverains, parisiennes et parisiens, architectes, urbanistes. Même la Mairie du 15ème arrondissement a émis des réserves sur le nombre insuffisant d’équipements et de services prévu dans la tour, sur sa hauteur jugée trop élevée ainsi que sur l’accroissement prévisible de la saturation des transports en commun.

Les procédures d’attribution du permis, de l’avis même des professionnels sont hautement contestables. La municipalité « Delanoë » a prolongé la concession du Parc des Expositions détenue par le spécialiste de l’immobilier commercial Unibail-Rodamco et la Chambre de commerce et d’industrie de Paris jusqu’en 2053 moyennant les 263 millions d’euros payés par le groupe pour la résiliation du bail. Curieusement, le permis de construire délivré en 2017 par Mme Hidalgo, n’a été précédé d’aucune mise en concurrence pour le choix des promoteurs et des architectes. Comment écarter tout soupçon de favoritisme, alors qu’Unibail-Rodamco a obtenu la cession du Forum des Halles à un prix très avantageux comme le souligne un rapport de la Chambre Régionale des Comptes ? Est-il fortuit que l’un des candidats « La République en Marche » à la Mairie de Paris, Benjamin Griveaux ait été directeur de la communication et des affaires publiques de ce puissant promoteur de l’immobilier commercial ?

Nous refusons que les lobbyistes et les promoteurs fassent main basse sur la ville et spéculent à leur profit sur le foncier public comme une marchandise banale. Paris n’est pas un Monopoly pour milliardaires, fonds d’investissement et promoteurs qui se répartiraient l’espace public avec au moins le soutien complice et au pire la participation active de la municipalité Hidalgo. Changements climatiques et préservation des biens communs fonciers et bâti de la capitale doivent être l’orientation pour un Paris citoyen construit pour, par et avec ses habitant.e.s.

Communiqué du groupe Urbanisme de Paris en commun

Cliquez ici pour rejoindre le groupe Urbanisme et participer à ses travaux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *